sab.2se Tu veux la rencontrer ? Chat avec elle !

A propos de sab.2se

sab , 52 ans , Femme
Etait en ligne il y a 7 heures

Apparence physique

Apparence physique

Je suis gentil(le)!

Taille

1m75

Poids

Enrobé(e)

Peau

Plutôt mate

Cheveux

Châtains

Cheveux (longueur)

Mi-longs

Cheveux (style)

Ondulés

Yeux

Bleus

Tatouage(s)

Un jour peut-être

Piercing(s)

Non

Mode de vie

Centre(s) d'intéret

Histoire, Lecture, Musique, Nature, Restaurant

Fume

Oui

Alcool

Occasionnel

Pour en savoir plus

Métier

Chargé de clientèle

Scolarité

BAC général

Situation

Célibataire

Enfant(s)

Oui, 3

Désire un/des enfant(s)

Non

Animal(aux)

Oui

Désire un/des animal(aux)

Non

Vis-tu seul(e) ?

Oui

Recherche

Un homme ou une femme

Relation

Amicale

Orientation

Hétérosexuel(le)

Trait(s) de caractère

Ambigu

Signe astrologique

Verseau

Description

J’aurais voulu dire oui
J’aurais voulu t’attendre
J’aurais voulu comprendre
Et surtout pas douter

J’aurais voulu dire oui
J’aurais voulu t’apprendre
J’aurais voulu te prendre
Et ne plus te lâcher….

Mais je n’ai pas su…….

J’aurais voulu t’atteindre
T’étendre et puis t’éteindre
Te sonner pour que tu tombes
Et que tu restes et que ça compte !
J’aurais voulu dire oui
Pour être la femme dans ta vie
Me foutre des femmes dans ton lit
Et celles qui dérivent dans tes nuits

J’ai pas su…..
Je me serais perdue…..

Parce qu’il y a celles qui font les gosses
Et puis celles qui font la guerre
Alors ok j’ai peut être pas de flingue
Mais je suis dans le camps des guerrières
J’ai le goût du sang dans la bouche
Je ne peux rester sur la touche

Je suis faite de ce bois là
Je suis comme ça…. Que tu sois là ou pas….

J’aurais voulu dire non
Me barrer pour de bon
Loin de tes discours à la con
Sur la justice et sur l’honneur
J’aurais voulu dire non
Prendre mes clics, te mettre une claque
Que tu sentes monter le rouge
Que tu es honte et que tu bouges…

Mais je n’ai pas pu… j’étais perdue…

J’aurais voulu dire non
Te dire restes seul et crève
A ton tour de sentir le manque
Que tu tournes et que tu tangues…
J’aurais voulu dire non
Mais c’est trop facile et c’est trop bête
J’aurais voulu voir ta tête
Si je t’avais renvoyé chez toi …..

Mais j’ai pas pu……
Pourtant j’aurais du…
_______________________________________________________________________________

Elle attend que la grande roue tourne
Tournent les aiguilles du temps
Elle attend sans se résoudre
En frottant ses couverts en argent
Inexorablement, elle attend
Et lit des histoires d'avant
D'honneur et de grands équipages
Où les bons sont habillés de blanc
Et elle s'invente des voyages
Entre un fauteuil et un divan
D'eau de rose et de passion sage
Aussi purs que ces vieux romans
Aussi grands que celui qu'elle attend..

____________________________________________

Adieu..
C'est nos deux corps qui se séparent
Sur la rivière du temps qui passe
Je ne sais pas pour qui tu pars
Et tu ne sais pas qui m'embrasse
Nous n'aurons plus de jalousies
Ni de paroles qui font souffrir
Aussi fort qu'on s'était choisi
et fort le moment de partir...

________________________________________

J'entends couler le temps
J'ai dû laisser sur le bord d'un chemin
Mes fautes et mes vingt ans
J'ai pris le train
Ne plus appartenir qu'à l'aube
Et seulement détenir un rêve
Enfin

Et avancer encore un pas
Pour m'éloigner plus fort de toi
Tu me décimes bien malgré toi
Quand je m'abîme au creux de tes bras

J'apprends à ne plus faire semblant
À perdre le bonheur pour mieux rester vivant
J'émets bien trop de doutes
Marcher au bord du vide
J'ai l'amour sur la route
Et le coeur qui s'évide
_____________________

Subir les peines et retenir ses cris
Des choses dont on a plus aucune envie
Pour un bonheur dont on connaît le prix
On n'a pas toujours connu sa vie

Pour ce parcours dont on nous a rien dit
Combien de jours qu'on n'aura pas finis
Et de retour au milieu de la nuit
Pour une vie qu'on ne s'est pas choisie

Pleurer quelqu'un qu'on cherche et qui nous fuit
Se battre comme un fou pour vivre ici
Se demander pourquoi surtout pour qui
Vivre une vie qu'on aurait choisie

Même par amour,Même par hasard
________________________________________

fière ou non la n'est pas la question
Et je n'attends plus rien de tes ombres de tes efforts
J'ai pris au soleil le feu qui manque à ton corps
Et perdu ton âme à l'horizon.
Je m'attends à tout sauf à toi
Et quand j'y croyais, ton coeur n'ose pas...

Et si j'ai tort de lire dans tes pensées
Ou rien de beau ne m'échappe à part toi
Et seuls quelques silences m'effleurent encore quand je dors
Je n'ai plus de raison de t'aimer...

Et tant pis si je me détruis
Et j'ai fais le tour de tes mots, tes promesses et tes envies d'ailleurs
Et tant pis si tu m'interdis
D'être pour toi l'unique objet du désir... même obscur

______________________________________________________

Dors
Oublie les blessures lâches du temps
Dors
Ne réveille pas tes yeux d'océan
Dors
Laisse ton âme libre
Aux désirs que tu crois
Garde ta flamme vive
Je serai toujours là
Même si tu ne me vois pas

Dors
Je veillerai sur tes pas
Je serai près de toi
Aussi longtemps que tu le voudras
Dors
Laisse les étoiles te sourire
Peut-être pour que j'ose enfin te dire
Le trésor
Que cachent tes avances
Quand tu laisses glisser les draps
Quand tu m'offres une chance
De partager avec toi
Tous les voyages que je ne ferai pas
___________________________________________
Je voulais simplement te dire
Que ton visage et ton sourire
Resteront près de moi sur mon chemin
Te dire que c'était pour de vrai
Tout ce qu'on s'est dit, tout ce qu'on a fait
Que c'était pas pour de faux, que c'était bien.
Faut surtout jamais regretter
Même si ça fait mal, c'est gagné
Tous ces moments, tous ces mêmes matins
Je vais pas te dire que faut pas pleurer
Y a vraiment pas de quoi s'en priver
Et tout ce qu'on n'a pas loupé, le valait bien
Peut-être que l'on se retrouvera
Peut-être que peut-être pas
Mais sache qu'ici bas, je suis là
Ça restera comme une lumière
Qui me tiendra chaud dans mes hivers
Un petit feu de toi qui s'éteint pas.

A rencontrer à proximité