damiel33

FANTASMES...EN STROPHES ....

il y a 10 mois
Auteur Message
Photo de damiel33
damiel33 il y a 12 jours

Bonne Route.....



Rien n'est jamais vraiment écrit
Et si la vie nous sépare aujourd'hui
C'est qu'on doit suivre notre chemin.
Nous n'avons plus le même destin.

Pour nos enfants, notre chair et notre sang,
Nous resterons toujours Papa et Maman.
Même s'il n'y a plus de "nous deux",
Il faut essayer d'être heureux.

Les expériences forment notre avenir
Et j'ai appris à ne plus faiblir.
Je ne changerai plus ma façon de penser
Car c'est à moi seul de décider.

Je reprends mon avenir en main
Et j'arriverai même à pardonner
Car c'est à eux que je veux donner
Tout ce que mon cœur retient.

La vie est trop courte pour regretter
De s'être un jour trompé.
Et si je peux encore aimer,
Je ne vais pas m'en priver...

moi toi...

Photo de damiel33
damiel33 il y a 12 jours

prenez soin de vous et des autres ... bon mercredi.....et bonnes fête de fin de l'année .... même si c'est un trop tôt...

Photo de damiel33
damiel33 il y a 4 jours

en scelle Madame....bonjour tout le monde!!


Le lendemain matin, le son des enfants qui se chamaillent nous extirpes des bras de Morphée. En silence, pour ne pas qu'ils nous sachent réveillé, nous restons à nous prélasser et à nous enlacer dans le lit. Ton pyjama en satin blanc est si doux à caresser, mon érection matinale toujours bien présente à chaque matin, se fait un plaisir de se glisser entre tes fesses, enlacé par ce tissus si soyeux. Le nez blottie dans ta nuque, je m'imprègne de ta douce odeur et je me laisse caresser par la pointe de tes cheveux. Mes doigts baladeurs, parcourent ton ventre, tes cuisses, ta poitrine et caresse ton joli visage. Nous profitons de cet instant tout simplement parfait. Après une nuit aussi mouvementée et des rêves tout aussi débridés, un réveil comme celui là, est tout simplement divin. Je sens même quelques gouttes de désirs s'échapper et submergé mon gland. Avec les enfants de l'autre côté du rideau, il nous est impossible d'aller plus loin, mais l'enivrement de ce moment nous suffit.

Après de longues minutes à nous prélasser dans le lit, nous décidons de nous lever et d'entamer cette superbe journée, qui à première vue, sera aussi ensoleillé que la veille. Le petit rituel du matin commence, la douche, le déjeuner et les enfants qui nous racontent leurs plans pour la journée. Toute cette excitation passée, nous partons pour notre habituelle balade sur le camping. En passant devant la roulotte de Vincent et Nathalie. Vincent confortablement installé, café à la main et sourire aux lèvres en nous voyant, nous offre de prendre une petite pause café avec eux. Nous acceptons avec plaisir et nous le rejoignirent à leur table. Au son de nos voix, Nathalie vêtue d'une superbe nuisette bourgogne, juste assez échancré pour pouvoir profiter de sa délicieuse poitrine et presque assez courte pour apercevoir sa jolie chatte de l'angle que nous avons, viens dans la porte moustiquaire nous saluer et nous demander comment nous prenons notre café. Puis elle se retourne pour aller nous les préparer, évidement je voulais la voir de dos aussi. Elle le savait très bien, en se retournant elle prit le temps de faire une petite pause pour se dandiner les fesses discrètement. Quelle adorable attention! La vue me couple le souffle, le bas de ses fesses bien rebondies qui dépassent légèrement de sa nuisette, et le tissus coincé entre ses deux belles fesses qui se baladent de haut en bas, lui moule parfaitement le cul! Vincent me fait un clin d'œil complice en me disant que lui aussi adorait cette petite nuisette. Puis Nathalie vient nous rejoindre à la terrasse avec nos café, je ne peux m'empêcher de la contempler, son petit sourire charmant me donne tellement envie. Je me ressaisis car je commence à avoir du mal à contenir mon érection et leurs enfants sont toujours dans leur roulotte à déjeuner. Nous buvons nos café en bavardant subtilement de notre charmante soirée et nous prévoyons la prochaine, bien que cette soirée était vraiment bien, elle était plutôt « soft » alors ils nous questionnent pour fixer les limites du jeu pour la prochaine fois. Puis nous terminons notre café et nous continuons notre promenade.

Arrivé tout près de la plage, il y a ce camping car, un peu en retrait des autres et cet homme. Fin quarantaine, début cinquantaine plutôt intrigant, qui a chaque fois que nous passons, nous échanges quelques mots. Il est toujours seul, il semble plutôt timide et réserver mais à la fois très sympathique. Il s'appel Louis, il est assez grand, les cheveux grisonnant et propre de sa personne, bref c'est un bel homme. Aujourd'hui, il nous parle de la météo que nous sommes choyé cette année, que la nuit a été très confortable, que c’était un véritable délice et il termine en disant que ce sera une magnifique journée pour profiter de la plage. Nous lui souhaitons une bonne journée et nous poursuivons notre route, distancé de quelques roulottes, tout deux sourire aux lèvres, nous nous disons, effectivement cette nuit était vraiment délicieuse… Puis nous retournons à notre logis, manger avant de ce rendre à la plage.

Une petite heure plus tard, nous sommes prêt, les maillots enfilés, serviette à la main, quelques breuvages dans la glacière, nous ramassons les kayaks et nous partons. La marche est plutôt longue pour ce rendre jusqu’à la plage alors on s'assure de tout avoir pour éviter de revenir et les places sont tout de même limitées alors c'est préférable d'arriver tôt. Nous sommes presque rendu quand sur un ton découragé tu nous dit que tu dois aller au petit coin. Tu nous suggère d'aller nous trouver une place pendant que tu retournes à la roulotte te soulager. Nous sommes à la hauteur de la roulotte à Louis, il t'entend et bien aimable à lui, te propose d'utiliser sa salle d'eau. Tu acceptes avec joie pour éviter de refaire le chemin deux fois. Je me rend donc au lac avec les enfants, je met les kayaks à l'eau et les jeunes s'empressent de partir naviguer. Je m'ouvre une bière et je la déguste tranquillement en profitant du soleil. Ca fait déjà un bon moment que je t'attend, je me dit que Louis doit être heureux d'avoir de la visite et qu'il doit te retenir en faisant la conversation. Je m'ouvre une seconde bière et je discute avec les gens à la table voisine, une petite famille très sympathique avec qui nous discutons à l'occasion . Puis je te vois, au travers du feuillage des arbres descendre la côte qui mène à la plage.

Arrivé à mes côtés, tu t'excuse pour l'attente, je te sens fébrile et particulièrement distraite… Je te demande si tout va bien. En me disant de ne pas m'inquiéter, que tout c'est bien passé, tu me déposes un doux baiser sur les lèvres. Le goût de ta bouche me révèle la raison de cette attente, je suis vraiment étonné et excité par cette révélation. Bien que tu adores ça, normalement nos plans libertin tu les acceptes surtout pour me faire plaisir et c'est aussi la première fois que je n'y participe pas. Je ne suis pas vexé, mais plutôt impatient que tu me racontes cette escapade.

En te voyant, les enfants revinrent sur la plage et délaissa les kayaks pour se baigner. Toujours en silence, perdue dans tes pensées, je te laisse rêvasser. Au bout d'un moment tu demandes à Nancy, la mère de la table voisine si elle peux surveillé les enfants car tu souhaites aller faire une petite balade en kayak. Le lac étant très peu profond, les dangers sont plutôt limités. Elle accepte avec joie de nous offrir cette escapade et ce petit moment d'intimité.
Nous avisons les enfants et partons au large, direction l'île droit devant.

Étant toujours aussi excité de s'avoir ce qui c’est passé et arrivé suffisamment loin pour que les baigneurs ne puissent nous entendre, je te dit :
- Alors raconte, je veux tout savoir!
Tout en continuant de pagayer tu commences en me disant que Louis avec toute son élégance, t'avais suivi dans la roulotte pour te guider vers la salle d'eau. À ce moment, tu le trouvais vraiment attentionné, tu ne te doutais pas qu'il pouvait avoir une idée derrière la tête et qu'il profitait de ce moment pour mater ton joli cul. Il s'installa à la table, le temps que tu assouvisses tes envies. La pièce étant très petite, au moment de te lever du siège, lorsque tu te penchas pour remonter ton bas de maillot, tes fesses appuyé contre la porte mal fermé, l'ont fait ouvrir, offrant une magnifique vue sur ton cul, à ton bienfaiteur. Vraiment humilié par la situation tu t'empresses de remonter ta culotte. Rougi par la honte tu t'excuse à Louis pour ce malencontreux incident. Il s'empresse de te de répondre qu'il n'y a aucun problème, que c’était déjà un plaisir de te reluquer en maillot mais que c’est un véritable délice sans. Tu ne sais trop quoi répondre à ça, tu restes en silence en fixant le sol… suivi d'un timide merci. Bien qu'il soit bel homme, tu n'avais jamais imaginé quoi que ce soit avec lui. L’écart d'âge évidement et son allure de gentlemen à la petite vie bien rangée, n'évoquais en rien, qu'il pourrait apprécier se prêter à nos petits jeux. Il poursuit en te demandant si le réveil n'a pas été trop difficile après une nuit aussi mouvementé. Tu comprends très bien le sens de ses mots, mais tu fis mine de rien en niant ses propos. Tu ne peux croire que nous avons été surpris, nous étions tous bien occupé et enivré par nos ébats que nous nous ne sommes jamais aperçu que nous étions observé. Il continue en disant, qu'en sortant faire sa petite balade nocturne, il ne s'attendait jamais a voir un si beau spectacle. Que la finale était à couper le souffle avec cette prise brutale qui fini par te faire hurler de plaisir et de satisfaction. Que de te voir engloutir la verge de Vincent, jusqu'à ce qu'elle jaillisse entre tes lèvres, ou bien encore de voir Nathalie s'extasier au rythme de mes baisers et de mes caresses, à été pour lui un véritable cadeau. Depuis toutes ces années qu'il est seul, il ne pût s'empêcher de profiter du moment. Tu ne sais trop si c'est les souvenirs de la veille, ou bien le fait de savoir que nous avons été surpris ou tout simple Louis avec son charme bien à lui, mais tu sens ta chatte se submergé de désir, elle ruisselle jusqu'à inonder et imbibé la culotte de ton maillot.

Tu es embêté par la situation, tu te fiches complètement qu'il puisses remarqué ton excitation, par le cerne dans ta culotte, mais puisque je ne suis pas présent et que nous en avions jamais discuté au paravent, tu ne sais pas s'il t'es permis d'aller plus loin. À ce moment, Louis se relève pour t’ouvrir la porte en te disant que tu dois nous rejoindre. Ce qui ne te laisse pas suffisamment de temps pour réfléchir, puis tu te laisses guidé par tes envies. Le simple fait, qu’après avoir vu ce qu'il a vu et malgré les années sans profiter de la douceur d'une femme, il te laisse partir sans rien tenter, comme un véritable gentlemen, te rend complètement folle! Bien que tout ça t'avais bien excité, maintenant tu as une envie insoutenable d'assouvir les besoins de cet homme. Tu t'approches de lui, pour le remercier, en lui déposant un doux baiser sur la joue, tu glisses ta main sur son entre jambe. Surpris Louis se cambre légèrement, et t'arrête en te disant que ça lui ferai le plus grand bien, mais que ce n’est probablement pas une bonne idée.

Tu le rassures en lui disant que tu me connais bien et que ça ne sera probablement pas un problème mais que évidement tu allais me mettre au courant. Tu poursuis en lui bécotant le cou et tes doigts retournent sur son entre jambes. Ils peuvent sentir son sexe qui commence à se réveiller. Une main sur le torse tu le repousses et le guides jusqu’à se qu'il puisse prendre appuis contre le comptoir. Du bouts des ongles en descendant jusqu'à sa ceinture tu lui griffes le ventre. Tu fais tomber son short et son boxer et tu lui en débarrasse. Agenouillé devant lui, en le saisissant par les deux fesses, le regard bien plongé dans le sien, tu gobes cette jolie queue à demi molle. Tu la lèches, la tètes, la suces et l'embrasses. Tu la sens gonfler entre tes lèvres jusqu'à te remplir la bouche. Une fois bien dressée, d'une main, tu l'empoignes par la base et de l'autre, tu lui malaxes les boules. D'un mouvement de va-et-vient sensuel et délicat, tes lèvres avalent cette jolie verge. Tes mouvements sont doux et tendre pour lui donner la chance de profiter pleinement de ce plaisir. Louis, le regard toujours rivé sur ton visage pour immortaliser ce moment dans sa mémoire, commence à râler. Tu retires sa queue de ta bouche, pour lui sucer les couilles en débutant avec ta main, une douce masturbation. Après un moment, tu sens l’excitation monter en lui, tu délaisses ses boules pour engloutir de nouveau son sexe entre tes lèvres. Tu lui suces le gland pendant que tu continus de le branler. Louis commence à gémir de plus en plus, tu accélères le rythme et à l'occasion, tu engloutit sa verge presqu’en entier. Il s'agrippe au mobilier, tu sens son corps se crisper, il grogne comme une véritable bête sauvage. Tu saisis son joli cul à deux mains, pour sentir ses puissants muscles fessiers se contracter dans les paumes de tes mains et pour accentué son plaisir. Le regard plongé dans le sien, tes lèvres comme seul guide, tu enfonces ce pieux au fond de ta gorge avec fougue et détermination. Déterminé à soulager ses pulsions et à faire jaillir cette giclée de sperme, qui apaisera cette tension, prisonnière de sa bourse. En lui tirant le cul avec tes mains et avec les mouvements vif de ta tête, sa verge pénètre ta bouche avec ardeur. Tu le sens, se jouquer sur la pointe de ses pieds, tu sens cul se contracter et dans un gémissement libérateur, il éjacule sa semence au fond de ta gorge. Voulant lui offrir le meilleur des plaisirs et un souvenir mémorable, tu avais décidé de le laisser lui aussi, profiter de se privilège. La majorité de sa foutre avait été projeté directement dans ta tranché, évitent l'aspect visqueux qui te roule en bouche…Tu remarquas que, de cette façon tu peux apprécier et même aimer le goût de son jus. Tu te dit que tu pourrais peut-être en prendre une habitude… Tu continues de te délecter de cette verge perlée par son plaisir et ta salive. Ta langue se glisse de long en large sur son sexe, tu gobes son gland à quelques reprises pour avaler les quelques gouttelettes qui s'y échappent. D'une main, tu termines en le recouvrant de sa petite peau et en y fourrant ta langue sur le bout pour t'assurer qu'il soit bien propre. Une fois bien calotté, tu lui déposes un tendre un baiser avant de te relever. En te relevant, au passage, tu lui lèches et mordilles un téton et poursuit ta route jusqu'à sa bouche, que tu embrasses langoureusement.

Louis complètement rassasié par cette merveilleuse fellation, te remercie pour ce moment de pur bonheur! En lui déposant un dernier baiser et en glissant de nouveau tes doigts sur sa verge ramollie, tu lui réponds que ce fut un véritable plaisir, puis tu ajoutes qu'il devrait continuer ses petites balades nocturne, qu'il y aura probablement d'autres représentations… Après autant d'excitation, tu le quittes finalement pour venir nous rejoindre…

J'avais bien compris que tu avais une envie insoutenable à contenté, mais je ne m'avais pas imaginé que ta petite escapade avec Louis, avait été aussi intense et excitante! Nous sommes maintenant arrivé sur la berge de l’île, je suis resté en silence, suspendu à tes lèvres, tout le long du trajet. À un moment, je me suis même sortie la verge de mon maillot, devenue bien trop à l'étroit et inconfortables pour contenir mon érection. Tu te moquais de la situation en me disant que j'avais transformé mon kayak en voilier, en hissant mon petit mât. Mais tu étais tout de mêmes, vraiment ravi de voir à quel point tes paroles m'excitaient. Tu étais tout aussi ravie de pouvoir profiter de la vue sur ma queue. Je crois même que pendant nos petits répits de pagayage, tu en profitais pour te caresser la chatte. Je ne pouvais pas bien voir, mais aussitôt la pagaie sortie de l'eau, l'une de tes mains disparaissait à l’intérieur de la coque de ton embarcation, le bras positionné de façon à ce que ta main n'est d'autre choix que de se trouver sur ta fourche. Tu continuais à me raconter les détails de votre charmante séance avec ton regard rivé sur ma verge, je me plaisait bien à croire que c'est ce que tu faisais. Tes mots m'excitaient déjà follement mais de te savoir entrain de te caresser m’excitait encore plus, quelques gouttelettes de désir submergeaient mon prépuce jusqu'à déborder et couler le long de mon sexe.

En débarquant sur cette douce plage de rock, polie par les vagues qui la caressent depuis des milliers d'années, tu remarquas immédiatement cette grosse pierre qui trône sur la plage. Tu sécurises ton embarcation, puis tu saisis mon membre, toujours bien dressé à prendre l'air et tu me pointe cette roche. Tu me proposes…plutôt tu m’oblige à te prendre contre ce rocher. En me tirant la queue, comme s'il s’agissait d'une laisse, tu me guide jusqu'à cette endroit, naturellement prédestiné pour ça… Je n'ai nullement besoin de me faire forcer, mais ce petit jeu de pouvoir et de soumission m'enchante vraiment! Ma verge se mit à suinté encore plus et mon jus dégouline jusqu'à tes doigts. Arrivé à la pierre, en me libérant, tu remarques ta main souillée, d'un aire insulté et dégoûté tu portes ta main à mes lèvres en me forçant de tout nettoyé. Excité comme un fou par cette provocation et ne voulant pas te déplaire, je m'exécute aussitôt. La langue tirée, je me délecte de cette matière visqueuse, au goût plutôt discret. Du bout de la langue, je savoure chacun de tes doigts, puis je les suce un à un. Puis tu me repousses sauvagement avec ton aire autoritaire, en me disant de t'en laisser… ce petit jeu me rend dingue! En me fixant avec ton regard des plus sévère et sensuel à la fois, tu lèches le jus qui reste dans le creux de ta main.

Tu retires ton maillot en entier, libérant ta majestueuse poitrine. Je salive juste à la regarder… tu me fou une claque au visage en me traitant de sale voyeur… J'adore être mal traité pendant nos ébats, je sens mes couilles s'enflammer! Le bout de ma queue dégoûte comme un robinet mal fermé… Je joue le jeu, en posant les yeux au sol et en m'excusant. Évidement en descendant le regard, je ne pus m’empêcher de jeter un coup d'œil à ta vulve, scintillante par les rayons du soleil qui reflète sur ta mouille. Ta culotte sur le sol est cernée et imbibé par ton jus, tu es excité comme rarement je t'ai vu l’être.

Tu grimpes sur le rocher, appuyé contre tes coudes, le dos en angle, la tête vers l’arrière, les cheveux lousses dans le vent et les jambes bien écartées. Tu es tout simplement fabuleuse, dans cette position entouré par ce magnifique décor naturel. Je prend quelques secondes pour admirer ta splendeur, tu me laisses à peine le temps d'en profiter puis tu me dis :
- Bien voyons, est ce que je dois tout t'expliquer!! Tu dois bien être assoiffés après autant d'efforts, viens donc t'abreuver à ma fontaine…
C’est plutôt rare que tu prend ton rôle de dominatrice autant au sérieux. Je n'avais certainement pas besoin de tout cette insolence pour aller y fourrer la langue, mais bon sens que ça m'excite. Sous un « Pardon Madame… », je m'installe entre tes jambes, la roche suffisamment haute, pour que je n'ai qu'à courber légèrement le dos. Je glisse la tête entre tes cuisses. Ta chatte encore plus juteuse que tout à l'heure, ta cyprine coule jusqu'à ton anus, je remarque même que la pierre commence à être trempée. J'enfonce ma langue dans ton intimité et je m’abreuve de ton doux nectar. Cette arôme épicé et cette saveur salé est un véritable délice. Je te lèche avec fougue et je me régale de t’entendre gémir. Puis soudainement tu te laisses tomber sur la pierre, tu remontes tes pieds, m'offrant une magnifique vue sur ta rondelle et tu m'ordonnes de te doigter le cul. J'obéis immédiatement à ma supérieur, en caressant ta moule bien baveuse pour en imprégner mes doigts de ce lubrifiant naturel. Je dépose mon majeur sur ta petite anneaux plissée et d’un mouvement circulaire, je le caresse et l'attendrie. Je l’observe se dilater sous la pression de mon doigt, mais je ne peux profiter plus longuement de cette instant. Tu m’agrippes par les cheveux et me tire la tête, que tu plaques contre ta vulve en me disant que tu ne m'avais pas autorisé d'arrêter. Aussitôt, je recommence à te dévorer la chaire. J'ai du mal à respirer, tellement la puissance avec laquelle tu me maintiens est forte. Je profites des quelques moments de répits que me laisse, pour reprendre mon souffle. Instinctivement dès que mes lèvres quittent les tiennes, tu me replonges contre ton sexe pour m’y forcer.
Du bout de mon majeur, je sens ton petit trou se dilater et s'ouvrir, presque prêt à accueillir mon doigt. Puis je te sens, pousser sur ton sphincter, dissipant le peu de résistance qui persistait. D'un coup, mon doigt est avaler par ton orifice, il s'enfonce jusqu'à ce que mes jointures se butent à tes fesses. En le sentant te pénétrer, tu lâche un long râle de satisfaction et tu me tire les cheveux avec encore plus d'emprise. Pendant un léger moment, mes mouvements de va-et-vient son tendres et délicats mais une fois le passage bien limé, je te pénètre le cul avec ardeur et déchaînement! Sous la puissance de mes gestes et l'habileté de mon jeu de langue, tu rugis comme une véritable bête. Ton bassin ce mit à ce balance, accentuant tes sensations et tes plaisirs. Ton corps en entier se crispe et se mit à trembloter, tu saisi ma tête à deux mains puis au travers tes hurlements, ton plaisir s'étend sur tout le lac. Tu me libères des entraves de tes mains, je retire délicatement mon doigt et je continue doucement à enrober ton clitoris de ma langue. Je le déguste tendrement, te laissant la chance de reprendre tes esprits, en attente de ton ordre pour m'arrêter. Ton petit bonbon joufflu, gorgé de plaisir, se laisse bercer par les douces caresses de ma langue. Du bout de mes lèvres, je le pince pour le sucer légèrement. À mon plus grand étonnement, tu me laisses poursuivre mon délicat petit manège. Sous mes baisers plutôt raffinées, j'entend ton souffle s’accélérer de nouveau, tu passes de nouveau ta main dans mes cheveux mais cette fois-ci avec beaucoup plus de tendresse. Je continue de t'embrasser la vulve avec la douceur d'un ange. Mes mains posées sur ton ventre, te caresse avec la même délicatesse . Tu te laisses bercer par la douceur de mes gestes. Ton corps se cambre légèrement à chaque passage de ma langue avec un long soupire qui s’échappe de tes lèvres. Puis d'un coup, sans hurlement, sans spasme, bref sans feux d'artifices, tu t'effondre sur cette pierre. La tête sur le côté, les yeux fermés, les bras et les jambes allongés, tu restes inerte sans bouger, à profiter de la chaleur du soleil qui te caresse la peau.

Même si je n'en ai pas reçu l'ordre, voyant l'intensité de cette discrète jouissance, je me retire, te laissant tout simplement profiter de cette instant. Je reste au près de toi, à continuer mes douces caresses sur ton ventre, ta poitrine, tes cuisses puis je glisse ma main dans tes cheveux en te déposant un doux baiser goûteux sur les lèvres. Tu ouvres les paupières, le regard scintillant, tu m’embrasses passionnément qui se termine avec un petit sourire charmeur… Tu me repousses bêtement avec une main sur le torse, tu me dis que je ne suis vraiment pas écoutant, puisque tu ne m'avais toujours pas dis d'arrêter… Même si au fond, c'est exactement ce que tu souhaitais, tu continues à tenir ton rôle de dominatrice et j'adore ça!

Tu descends de la roche, tu m’agrippe sévèrement le menton avec tes doigts serrés dans le creux de mes joues. De l'autre main, tu empoignes mes testicules. Je sens une légère douleur causé par tes ongles qui s'enfoncent dans ma peau. Avec un regard plus qu'intimidant, tu me dis qu'il n'y vraiment rien à faire avec moi… puis tu me claques une seconde fois le visage. Puis tu te retournes, tu te cambres contre la pierre, le cul bien en évidence, les jambes bien écartées, m'offrant une magnifique vue sur ton sexe entre-ouvert. Cette fois-ci, je ne prend pas le temps de profiter de la vue, je n'ai que cette envie, de me glisser en toi depuis le début. Je m'installe donc derrière toi avec mon gland toujours aussi juteux. Je l'appuie contre ta chatte encore plus baveuse, et d'un grand coups de reins, je pénètre en toi d'un coup. En te cambrant le dos tu pousses un impressionnant râle. Je poursuis avec un série de coups puissants et vifs. Tu te lamentes comme jamais! Quelques bateaux passent suffisamment proche pour pouvoir nous voir, mais tu ne t'en soucis même pas. Je continue de te marteler à grands coups et je commence à ronchonner bruyamment. Des gouttelettes de cyprine sont projetées sur nos jambes à chaque coups, tellement ils sont puissant et tellement tu mouilles. Ça crée même, un léger effet de succion qui me siphonne le gland, rendant encore meilleur cette délicieuse pénétration. Ton excitation s'amplifie, tes plaintes sont maintenant très longues et très aiguës. Je te sais, sur le point de succomber, je pousse le rythme au maximum, ayant gardé un peu de réserve. Avec mes mains posées sur tes hanches, je te sens, commencer à trembler, je maintient le rythme. Puis tu cèdes à l’extase en hurlant tout ton plaisir!

Tu te redresses, forçant ma verge à déserter son chaud et douillet petit nid. Tu te tournes, face à moi et me gifles une troisième fois. Je suis un peu désemparé, car je ne sais trop ce que j'ai fait de mal. Puis tu me dit :
- Enfin, tu as fini par comprendre! Je n'ai pas eu à tout t'expliquer. Par contre tu n'as toujours pas joui, et tu m’obliges à devoir finir ça autrement…

Puis tu t'agenouilles devant moi, tu gobes ma queue d'un coup. Tu me saisis les deux fesses avec tes mains et tu m'offre le même traitement que celui que tu as offert à Louis. Une bonne fellation, sans les mains, remplie d'entrain et de fougue. Ma verge s'engouffre et disparait entre tes lèvres à une vitesse folle. Déjà que j'étais sur le point de jouir en te pénétrant. Vu la rigueur avec laquelle tu t'affaires, je ne pourrais pas profiter de cette sublime fellation, bien longtemps… Je sens cette divine chaleur me remplir le bas ventre, mes testicules se resserrent à chaque fois que tu me tire le cul pour m'enfoncer au fond de ta gorge. Mes jambes s’affaiblissent et je râle de plaisir. Puis je sent cette giclée de liquide séminal, inonder mon urètre et remonter mon sexe. Savant que tu n’apprécie pas que je t'éjacule dans la bouche, d'une main je pousse légèrement sur ton front, pour t’annoncer cette éruption éminente de sperme. À ma grande surprise, plutôt que de te retirer et poursuivre manuellement, comme à l'habitude, tu me tires encore plus fort sur le cul, enfonçant ma queue au fond de ta gorge. J'explose! Libérant une bonne gorgé de foutre dans ta tranché. Tu me maintiens comme ça, quelques secondes, me laissant le temps de giclé deux trois bon coups, puis tu la retires question de reprendre ton souffle et avec une main à sa basse tu me masturbes tout en continuant de la sucer pour qu'elle soit bien propre. Quel plaisir que c'est , que d’être sucé jusqu'au bout! Je suis vraiment impressionné et reconnaissant par cette initiative. En te relevant pour m'embrasser, couronnant la fin de ces merveilleux ébats. J'en profites pour te remercier de cette délicieuse attention, tu en profites pour me dire que de cette façon tu apprécies, que ça te permet de profiter du goût sans les désagréments de la texture… Puis tu m’embrasses tendrement avec sur les lèvres, le goût de ma semence. Bien que j'apprécie grandement ces jeux de soumission, je suis bien heureux de retrouver ma douce et tendre femme.

Après un moment, enlacé un à l'autre à s'embrasser passionnément, nous reprenons le large pour retourner à la plage. Nous remercions Nancy de nous avoir offert ce moment d'intimité, puis nous retournons à notre roulotte. Moi derrière avec les kayaks, lorsque nous passons devant la maison mobile à Louis, je remarque immédiatement son enthousiasme en te voyant, mais qui semble se faire fracasser par de la honte ou de la peur, je ne sais trop… en me voyant. Je décide donc d'arrêter discuter avec lui un instant, pour le rassurer, qu'il n'y a aucun problème avec votre petite escapade et surtout pour le remercier de t'avoir autant chauffé! Je lui ai rapidement raconté notre après-midi qu'il a, je crois, bien apprécié, en voyant son short se tendre sous la pression de son sexe. Peut-être avons-nous discuté d’un plan à trois, d'ici la fin de l'été…

Photo de damiel33
damiel33 il y a 4 jours

ne ratez pas les prochains numéros merci pour votre lecture!! belle fin de semaine !!


Participants

Photo de damiel33 Photo de fouthese